Année 2016


En 2016, mon compagnon et moi nous sommes lancés dans notre premier gros chantier : la création d'une écurie.

Tout a commencé avec l'ossature d'un vieux poulailler dans lequel la nature avait repris ces droits.

 

 

Avant tout chose, il a fallu couper les arbres, débroussailler, enlever tous les anciens abreuvoirs, bouts de bâches et autres restant qui étaient à moitié pris entre le sol et la végétation.

 

Nous avons défait l'intégralité de l'armature métallique.

Elle a été entièrement dérouillé et repeinte, puis mise de côté un temps.

Car ensuite nous avons défait ce qui restait de murs pour en monter de nouveaux.

 

 

Une fois monté, remise en place de l'ossature métallique, et enduit des murs à la chaux.

 

 

Place à la toiture.

 

 

Et enfin, création des box.

Le tout en bois pris dans une scierie local.

 


C'est en 2016 que je me suis réellement posé des questions sur l'élevage, mon avenir, ce que je voulais faire ...

 

Les Lusitaniens, vous l'aurez compris, ont été une révélation.

J'ai toujours aimé le contact avec les petits poulains et pouvoir pouponner.

Gérer et accompagner une maman. 

L'attente, l'espoir et la surprise.

Mais j'ai aussi toujours pensé que l'on ne s'improvisait pas éleveur.

Alors oui, j'ai déjà eu plusieurs poulains nés à Darkrose.

Mais pour la majorité, c'était des poulains "surprises" car les vendeurs "omettaient" de me dire que les juments que j'achetais étaient gestante.

Il n'y avait rien de carré là dedans.

Evidemment aucune race de cerné.

Donc aucune sélection, aucun savoir le passé, les ascendants, les échecs et réussites selon les lignées etc.

 

Les débourrages, le travail des réformés, la remise en confiance, la valorisation, ainsi que tout ce qui faisait ce que j'étais jusque là commençait à ne plus autant me passionner.

 

Alors bien sûr, j'adore toujours mes chevaux, mais comment expliquer ... :

Parfois je crois que l'on a besoin de changements, de nouveaux projets, et d'atteindre des choses que l'on pensait jusque là inaccessibles.

De se retrouver et de se renouveler.

J'avais le sentiment d'avoir atteint une étape, et qu'à présent  il était temps de commencer à entrevoir de nouvelles choses.

 

Tout çà pour dire qu'après une très longue réflexion, la décision était prise ; je deviendrais éleveuse de chevaux Lusitaniens.

 

A ce moment là, avouons le, je ne connaissais encore pas grand chose à la race.

 

L'équitation, la culture et l'histoire lié aux Lusitaniens sont un absolument passionnantes.

Mais par contre, c'est un apprentissage sans fin.

Il y a tellement de choses à explorer !

 

Je tenais à ce que ma première acquisition soit l'étalon.

Marcus Nemausa fit sont entré dans l'été 2016.

 

Marcus Nemausa

 

Direction le Sud Ouest :

Sans est suivit l'acquisition de Donostia et Brava.

 

Donostia

Brava

 

Urtiga sera la petite dernière pour l'année 2016.

 

Urtiga


Qui dit Lusitaniennes vouée à la reproduction dit aussi session d'approbation pour avoir le droit de reproduire en pure race.

Car bien que pure race, un poulain ne peut être admis en pure Lusitanien que si sa mère et son père son tous deux approuvée à la reproduction.

 

Direction Le Haras des Breviaires dans les Yvelines pour découvrir les confirmations.

Premier tour avec Brava & Donostia :

 


 

En 2016, j'accueillis Elise, ma nouvelle apprentie qui me secondera les 3 prochaines années.

 

Photo prise avec Vanille :

 


 

 

Je vous partage à présent des photos sympas des chevaux ensemble (au parc & montés)

 


 

Comme chaque année, je vous présente une partie des élèves que j'ai connue.

A présent parti pour continuer une belle vie ailleurs.

 

Arkos

Baghera (AQPS)

Baly (type Arabe)

Camélia (type Comtoise)

Cirocco (Espagnol)

Croquet

Dauphin (Trotteur Français)

Daw

Réal (Espagnol)

Nat (Irish Cob)

Serena

Suany (DSA)

Tarzan

Ully (Comtoise)

Uranus (Mérens)

Uriel (Pur Sang)

Vénus